Votre devis d'assurance de prêt en 3 minutes :

comment connaitre sa capacité d'emprunt
Assurance habitation

Votre assurance habitation : Vol et cambriolage (guide 2021)

Assurance multirisques habitation : comment être bien couvert contre le risque de vol et de cambriolage ?

En France en 2017 on ne dénombre pas moins de 249 000 cambriolage, d'après le ministère de l'intérieur, un cambriolage à lieu toutes les deux minutes, une hausse de 50% en 10 ans. Les mois les plus propices aux vol et cambriolage sont les mois de Novembre, Décembre et Janvier, ainsi que les mois de Juillet et Août. 70% des vols ont lieu en journée et 79% en semaine. La garantie vol et cambriolage n'est pas toujours inclue dans votre contrat d'assurance habitation, pourtant au vu des statistique que nous vous avons présentés plus haut, elle est rééllement indispensable. Lorsque vous choisissez votre contrat d'assurance habitation vous devez donc réfléchir à la valeur des biens que vous possédez.

Naturellement tout le monde ne possède pas de montre Rolex ou de diamants Cartier, mais si on compte rapidement les objets dans une pièce comme le salon ou une chambre on peut vite se rendre compte de leur valeur cumulée. Par exemple : ordinateur portable, tablettes, téléphone portable, montres, lunettes de soleil, bijoux, argent liquide. Ces objets sont petits, de valeur, et ne prennent que quelques secondes à voler. Si 46% des vols visent les bijoux et 25% l'argent liquide, certains cambrioleurs n'auront pas froid aux yeux pour embarquer votre télé ou votre chaine hi-fi. Alors comment être sûr d'être bien couvert contre le risque de vol par cambriolage avec son assurance habitation ? Retrouvez le guide Mon bilan Assurance.

Etre bien couvert en cas de vol ou de cambriolage et protéger son logement et ses occupants

Les 7 points essentiels de notre guide :

L'assurance habitation : Cambriolage et vol

Les assureurs sont de plus en plus regardant sur les garanties concernant le vol et le cambriolage dans les contrats d’assurance habitation. En effet certains logements sont plus soumis à ce risque que d’autres, en fonction de leur situation géographique (zone présentant une forte délinquance), de leur niveau de sécurité (gardien, vidéo-surveillance) ou même simplement de la localisation dans l'immeuble (rez-de-chaussée).

Ce constat pousse les compagnies d’assurance à proposer un niveau de protection plus élevé dans certains cas, il s'agit d'option ou d'extension dans les contrats d'assurance habitation. Si ces options sont souscrites les sociétés d’assurance demanderont alors des contreparties à l'assuré en termes de sécurité pour permettre l’accès à la garantie contre le vol et le cambriolage. Il convient donc de prendre des dispositions de sécurité de son domicile pour réduire les probabilités d’un cambriolage ou d’un acte de vandalisme, d'abord pour votre situation personnelle, mais également pour prétendre recevoir l’indemnisation prévue.

Quel sont les types de vol et de cambriolages couvert ?

Les risques couverts par votre assurance habitation en cas de cambriolage et de vol sont à apprécier en fonction de chaque contrat. En effet les contrats d'assurance habitation possèdes tous des clauses spécifiques ainsi que des options ou extensions venant encadrer les cas de vols couverts par l'assureur. Il faut donc bien en prendre connaissance.
De manière standard, l'assurance habitation vous couvrira pour les sinistres suivants :

  • Vol par effraction ou escalade des locaux

  • Vol avec menaces ou violences sur la personne

  • Vol à la suite d’une introduction clandestine (par exemple, un cambrioleur pénètre dans votre habitation alors que vous êtes présent)

  • Vol par usage de fausses clés (crochetage par outil spécial, vraie clé volée ou perdue…)

  • Vol par les salariés de l’assuré (femme de ménage, baby-sitter…), à condition que la personne mise en cause fasse l’objet d’une plainte. La plainte ne pourra être retirée qu’avec l’accord de la société d’assurances.

Des garanties peuvent également être prévues pour le vandalisme si il est consécutif à l'un des cas de vol cité précédemment.

Quels sont les biens couverts ?

La garantie vol couvre le préjudice financier subis lors d'un cambriolage et le vol des biens présents dans l'habitation tel que :

  • Les objets de valeur : notamment bijoux, objets en métal précieux, tapis, tapisseries, tableaux, fourrures, vêtements de marques.

  • Les objets sensibles : notamment télévision, hi-fi, vidéo, matériel photographique, informatique.

  • Le mobilier courant : notamment meubles, linge, vêtements, appareils électriques, appareils ménagers.

Lors de la souscription d'un contrat d'assurance habitation, il vous sera souvent demander d'estimer la valeur des biens présents dans votre logement, non Seulement pour les sinistres tel que l'incendie, le dégât des eaux, les catastrophes naturelles, mais aussi en cas de cambriolage.
L'arrivé en France du coronavirus ou Covid-19 a aussi obligé de nombreuses entreprises à développer le télétravail, mais peu de personnes pense à prévenir leur assurance habitation quelles ont du matériel informatique prêtée par leur employeur à domicile. Bien souvent cela ne coûtera pas plus cher, mais il est important de le signaler en cas de sinistre car c'est l'employeur qui est propriétaire de ces biens, vous n'avez donc pas de factures ou justificatifs d'achat.

Généralement, la garantie vol habitation prend en charge les détériorations immobilières consécutives à un vol ou à une tentative de vol, y compris celles subies par les installations d'alarme lorsqu'elles surviennent dans l'une des circonstances prévues au contrat. De nombreux contrats garantissent aussi les frais de remplacement des serrures à la suite d'un vol ou d'une tentative de vol et comportent des services d'assistance suite à un sinistre garanti (gardiennage, recherche de prestataire pour la remise en état du domicile...). Certains contrats prévoient même les frais de remplacement des serrures suite à un vol ou à une perte de clés.

Les exclusions de l'assurance habitation en cas de vol :

Il est très important d'étudier les conditions générales de votre contrat d'assurance, en effet même si vous avez été victime d'un cambriolage ou d'un vol, des conditions spécifiques peuvent être précisé dans votre contrat. (avec effraction, par escalade, avec usage de fausses clés, crochetage de la serrure, ruse, introduction ou maintien clandestin chez vous, violence physique, menaces ou intimidations, abus de confiance…)

De plus c'est toujours à vous de prouver qu'il y a eu vol ou tentative de vol, et en plus que cela s'est déroulé dans les conditions cité précédemment. En effet si vous avez oubliez de fermer votre porte ou une fenêtre, que vous avez perdu vos clés sans changer la serrure, l'assurance habitation ne vous indemnisera pas car cela sera considéré comme une négligence.

Les vols commis par un membre de la famille ou via la complicité d'un membre de la famille ne sont pas couvert par la garantie vol sauf s’il s’agit d’une personne ne vivant pas sous le même toit et après dépôt de plainte.
Il existe aussi des clauses dans certain contrat indiquant une cessation de la garantie vol en cas d'absences prolongées ou répétées : de quarante à quatre-vingt-dix jours en une ou plusieurs fois dans une même année suivant les contrats.

Les objets volés dans une dépendance (cave, remise, garage) séparée de l'appartement ou de la maison ne sont pas toujours couverts par l'assurance vol. Lorsque la garantie est accordée, elle est subordonnée à certaines mesures de protection, le montant de l'assurance est généralement limité et les objets de valeur exclus. Les objets déposés dans une cour, un jardin ou dans les parties communes d'un immeuble ne sont pas garantis.

Pour finir, les objets de grandes valeurs doivent être couvert de manière spécifique, ils ne seront pas couverts de manière standard dans votre contrat et dépendent de clauses particulière. Ils doivent être déclaré spécifiquement, de préférence avec un justificatif d'achat, et leur perte ou vol sera soumis à une franchise ou à un plafond d'indemnisation précisé par l'assureur. Des contrats spécifiques, hors assurance habitation, existent pour assurer des biens de très grande valeur.

Comment déclarer un vol ou cambriolage à votre assurance habitation ?

Si vous êtes victime d'un cambriolage ou d'une tentative de vol, vous devez, selon l'article L. 113-2 alinéa 4 du Code des assurances, prévenir votre assurance « dès que vous en avez connaissance et au plus tard dans les deux jours ouvrés qui suivent ». Pour cela, utilisez le téléphone ou envoyez à votre assureur une lettre recommandée avec accusé de réception, toujours dans les deux jours ouvrés suivants les faits. En cas de retard, l'assureur pourra réduire les indemnités perçues voir même les supprimés.

En effet l'assureur cherchera à prouver que le retard a pu lui porter préjudice (si vous ne faites pas réparer la porte ou la fenêtre et que vous subissez un deuxième cambriolage par exemple). De plus il faudra déposer plainte auprès du commissariat ou à la gendarmerie la plus proche. Là aussi vous avez 48 heures après la découverte de votre préjudice pour déposer plainte. Pensez à demander une copie du dépôt de plainte qu'il faudra ensuite transmettre à votre assureur et si vous êtes locataire, une copie supplémentaire pour votre propriétaire si le logement à subis des dégâts.

Lorsque vous déclarer le cambriolage à votre assureur, pensez aussi à lui demander son accord pour l'intervention d'un serrurier pour le remplacement de votre porte. Si l'expert de l'assurance ou les forces de l'ordre ne sont pas venue faire des constatations, vous risquez de faire disparaître les traces d'effractions nécessaire à votre indemnisation. Il faudra donc apporter la preuve du vol. Essayer du mieux que possible de rassembler tout justificatifs de leur valeur (factures, ticket de caisse, garanties...). Vous serez invités à joindre à votre déclaration de sinistre :

  • une estimation des biens volés détaillée

  • des preuves d’achat des biens volés

  • des photographies du sinistre (porte ou fenêtre enfoncées, meubles ouverts, boite à bijoux vider...)

  • une déclaration de la société gérant le système de vidéo surveillance par exemple, attestant que le dispositif fonctionnait correctement. (si vous disposez de ce système)

  • des témoignages de tiers comme les voisins qui entendent parfois du bruit ou on pu voir les cambrioleurs.

  • une copie du dépôt de plainte au commissariat

L'assureurs mandatera alors un expert en assurance pour estimer les dégâts subis et/ou causés et permettre le calcul de l'indemnisation. Mais l'expert se chargera aussi de vérifier que vos déclarations sont conformes aux constatations qu'il va réaliser. Il remettra son rapport à l'assureur et c'est donc lui qui validera ou non votre indemnisation.

L'indemnisation de l'assurance habitation :

A la suite de sa visite, l’expert réalisera une estimation des biens et une constatation des faits. C’est sur la base de cette estimation que l’assurance vous communiquera une proposition d’indemnisation. Si vous êtes d’accord avec le montant de l’indemnisation proposé, vous le recevrez sur votre compte bancaire après un délai prévu dans le contrat d’assurance habitation.

Si par contre vous estimez que l'expert à sous-évalué le montant de votre indemnisation par rapport aux dommages subis vous pouvez :

  • Faire un recours auprès de votre assurance et exiger une contre-expertise.

  • Si la contre-expertise ne vous satisfait pas, vous pouvez saisir le médiateur des assurances.

  • Si ces démarches ne vous satisfassent toujours pas, vous pouvez contacter un avocat en droit des assurances qui pourra vous accompagner dans vos démarches face à l'assureur.

La valeur des biens volés sera calculée de deux manières différente en fonction de l'option choisie lors de la souscription du contrat :

  • Remboursement en valeur d’usage : l’usure normale est prise en compte afin d’estimer l’obsolescence et la dépréciation de la valeur d’origine, via l’application d’un taux de vétusté.

  • Remboursement en valeur à neuf : aucune usure n’est prise en considération et les biens sont remboursés à hauteur de leur valeur d’achat, même plusieurs années après leur acquisition.

Les mesures à prendre pour réduire le risque de cambriolage :

Comme expliqué plus haut, les assureurs n'hésiterons pas à demander des mesures de sécurité renforcés dans et autour de votre logement pour vous permettre de bénéficier de certaine option ou extension de la garantie vol. Améliorer vos systèmes de sécurité fera potentiellement baisser votre coût d'assurance, mais vous garantira aussi de pouvoir dormir, partir en week-end, en vacances ou en déplacement professionnel de manière plus sereine.

N'oublions pas qu'au delà de l'impact financiers que peut représenter un vol, le cambriolage présente aussi un potentiel poids psychologique et peut être traumatisant et parfois même perçu comme une atteinte à son intimité. En effet 68% des victimes de cambriolage ou montré des symptômes d'anxiété après un cambriolage (sur une étude de 504 personnes)

Alors quelles sont les mesures qui peuvent-être prises pour diminuer le risque de cambriolage ?

Les mesures du quotidien :

  • Tout fermer lorsqu’on s’absente, même quinze ou trente minutes. La plupart des cambriolages surviennent dans un laps de temps très court. Ne pas laisser les fenêtres ou portes ouvertes relève d’un geste simple et efficace pour empêcher les voleurs de rentrer chez soi par effraction et de commettre des dégradations.

  • Laisser ses clés à des voisins ou à des gens de confiance afin qu’ils puissent relever le courrier et ainsi ne pas laisser déborder une boîte aux lettres, car cela indique une absence. Ils seront également une aide précieuse pour garder l’œil sur le logement et dénoncer les présences suspectes en cas de besoin.

  • Ne pas laisser d’échelle dans le jardin. Cela peut donner aux cambrioleurs un accès facile aux étages qui sont souvent moins sécurisés.

  • Ne pas isoler son domicile : couper sa haie, éviter les murs trop hauts… Quand un foyer est visible de la rue, par les passants ou par les voisins, il est mieux protégé car il y a plus de chances que les cambrioleurs soient identifiés et interpellés ! Ils vont donc aller ailleurs.

Les mesures de sécurisation :

  • Sécuriser son foyer de façon homogène. Les logements sont souvent sécurisés de façon hétérogène : une porte blindée sans fenêtres renforcées, un système d’alarme mais uniquement au rez-de-chaussée... Ces manières de s’équiper laissent des zones de passage au sein du domicile, facilement identifiables et fracturables par les voleurs professionnels. Il faut donc penser à normaliser ses équipements ! On peut même demander à son assureur de faire intervenir des professionnels pour réaliser un diagnostic de sécurité de son domicile.

  • Opter pour les systèmes d’alarme avec télésurveillance pour prévenir la présence d’une personne étrangère dès le déclenchement d’alarme.

  • Toujours garder ses justificatifs de présence et de valeur des biens tel que les factures, photos, attestations d'authenticité. Bien sûr, il ne faut pas conserver ces justificatifs avec les objets de valeur mais dans un autre endroit. Si les biens sont dérobés les justificatifs pourraient l'être aussi, surtout les certificats d'authenticité.

  • Ne pas regrouper ses objets de valeur dans un seul endroit. Dressing, chambre d’adulte, salle de bains… les cambrioleurs connaissent les endroits où les habitants rangent et cachent leurs objets de valeur (bijoux, argent, etc.). Afin de ne pas faciliter le vol et de réduire le temps nécessaire pour tout dérober, il vaut mieux disséminer les objets de valeur dans des pièces où les cambrioleurs ne s’attendent pas à les retrouver, telles que les chambres d’enfant ou la cuisine.

  • Revoir ses contrats et garanties, notamment la garantie « bijoux » ou « objets de valeur ». La plupart des Français ne connaissent pas assez bien leurs garanties ou déclarent un capital inférieur au montant des objets de valeur chez eux, ce qui peut être catastrophique lors du remboursement d’un sinistre. S’assurer de ce que recouvre son contrat et faire évoluer son contrat dans le temps lorsqu’on acquiert de nouveaux capitaux permettraient de mieux se protéger en cas de vol.

Comment résilier son contrat d'assurance habitation ?

Il existe 5 raisons de résilier son assurance habitation, que ce soit pour le remplacer par des garanties plus ou moins couvrantes car le besoin à changer, ou tout simplement pour réaliser des économies.

  • Le déménagement : Si vous quittez le logement faisant l’objet de la police d’assurance (fin du bail, vente du bien immobilier…), vous pouvez résilier votre contrat. Et ce, peu importe la durée pour laquelle le contrat a pris effet même s'il n'a que 1 mois. Pour procéder à la résiliation il vous suffit d'envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception à votre compagnie d'assurance, en expliquant simplement que vous quittez le logement qui est assuré par le contrat. La résiliation prendra effet 1 mois après la date de réception du courrier recommandé par votre assurance habitation.

  • Le risque ou votre besoin en assurance habitation a changé : Si votre situation personnelle évolue et entraîne un changement dans le besoin ou le risque couvert (par exemple si vous commencer à exercer une activité professionnelle dans votre logement), vous aurez juste à prévenir sous 15 jours votre assurance habitation, qui pourra vous réaliser une nouvelle estimation et une proposition de modification de votre contrat. Attention, l'assureur pourra aussi décider de résilier votre contrat si il juge qu'il ne peut pas couvrir le nouveau risque. Si vous refusez la nouvelle proposition de contrat dans les 30 jours, alors l’assureur peut aussi résilier votre contrat d’assurance habitation au terme de ce délai. Si dans la situation inverse vous présentez une diminution du risque à assurer (par exemple en cas de baisse de la valeur des biens assurés dans le logement), vous avez pourrez bénéficier d'une diminution de votre cotisation d'assurance. Si l’assureur refuse de réduire la cotisation alors que le risque diminue, vous pouvez alors dénoncer le contrat. Auquel cas, la résiliation sera effective 30 jours après votre demande de dénonciation.

  • Votre contrat assurance habitation à plus d'un an et vous souhaitez réaliser des économies : L'assurance habitation comme beaucoup de contrat est soumise à la loi Hamon qui permet aux assurés de résilier leurs contrats d'assurances habitation dès qu'ils le souhaitent lorsque les contrats ont plus d'un an par rapport à la date d'effet de ceux-ci. S'il est possible de résilier par courrier simple, nous vous recommandons d’envoyer une lettre recommandée avec accusé de réception. Cela vous permettra d'avoir une trace écrite de la date à laquelle vous avez fait la demande de résiliation. De plus en plus, les assureurs prennent en charge les démarches de résiliations auprès de votre ancienne compagnie d'assurance pour faciliter les démarches mais aussi et surtout pour vous éviter un trou de garantie et faire en sorte que vous restiez bien couvert (contre les risques d’incendie, de dégât des eaux, en responsabilité civile, etc.) pendant toute la durée de l’opération de changement de police.

  • Votre assureur a résilié un autre de vos contrats d'assurance : Si, à la suite d’un sinistre (responsable ou non), l’assureur met fin à une autre de vos assurances (par exemple votre assurance auto), vous avez le droit de mettre fin à votre assurance habitation. Vous disposez pour cela d’un délai d’un mois. La forme de cette demande n’est pas encadrée, mais par précaution, il vaut mieux recourir à une lettre recommandée. La résiliation prend effet 1 mois à compter de la notification de l’assureur.

  • Vos cotisations augmentent de manières injustifiées : La loi ne prévoit pas ce cas mais certains contrats si. En cas de hausse des cotisations d'assurance, vous pouvez parfois résilier l’assurance liée à votre logement. Il faudra vérifier si cette demande de résiliation est possible en reprenant les conditions du contrat, vous y retrouverez aussi les modalités de résiliation dans ces conditions. Généralement c'est la Loi Chatel qui vous permettra de résilier en respectant le délai légal de 20 jours à compter de la réception du rappel pour mettre fin au contrat si vous le souhaitez. Il vous faudra simplement transmettre un courrier (de préférence en recommandé) à votre assureur pour l'informer de votre demande de résiliation suite à une hausse de vos cotisations.

Sur le même thème :

Responsabilité civile

l'assurance habitation'

Catastrophe naturelle

l'assurance habitation'

Incendie

l'assurance habitation'